Les Chroniques

Vous trouverez ici quelques textes sur les questions les plus fréquentes. N'hésitez pas à venir visiter le     pour commenter ou discuter

Il comprend tout

Mon chien comprend bien plus de choses qu’on ne le croit… combien de fois n’avons nous pas eu cette impression ?

Je voudrais rappeler le cas de « Hans le Malin ».

Hans était un cheval de huit ans, appartenant à un enseignant en mathématiques en retraite, à Berlin. Début 1904, la nouvelle bouleversa les milieux scientifiques, et le grand public : Hans était capable de prouesses intellectuelles incroyables. Indiquant ses réponses en frappant le sol de ses sabots, il était capable de compter des objets, de donner la solution d’équations mathématiques, de lire l’heure, et même d’épeler quelques mots.

Son propriétaire, Herr von Osten ne tirait aucun bénéfice de l’affaire, et acceptait de bonne grâce toutes les expertises. Invariablement, Hans répondait correctement, quel que soit le lieu, que son maître soit présent ou pas. Les plus sceptiques repartaient pleinement convaincus.

En septembre de la même année, un groupe d’experts, sommités en leurs domaines respectifs, concluait qu’il ne pouvait y avoir de supercherie, et confirmait l’intérêt scientifique du cas Hans. Le débat sur la « conscience animale » était relancé.

Jusqu’au jour de 1907 où un étudiant en philosophie et en médecine (O. Pfungst) démontra que Hans « se trompait dans ses réponses à chaque fois que la solution du problème était inconnue des personnes présentes ». Par exemple, si le cheval était seul à pouvoir voir les objets à compter, il échouait. Pire, si on trompait l’expérimentateur et les témoins sur le nombre d’objets à compter, Hans indiquait la même réponse erronée.
Hans n’était donc pas capable de compter, ni de résoudre des équations mathématiques, ni même de lire l’heure.
Par contre, c’était un réel expert en lecture des infimes signaux corporels émis involontairement par l’expérimentateur, ou par les témoins. Signaux tellement indécelables que les experts n’en avaient rien vu (dilatation involontaire des pupilles et des narines).

Le pauvre Herr von Osten, dont la bonne foi n’a jamais été mise en doute, fut totalement bouleversé par ces conclusions, et jusqu’à ses derniers jours il vécut dans le refus et demeura persuadé des compétences arithmétiques de son cheval.

Pourtant, n’est-il pas tout aussi fascinant de voir à quel point nos compagnons lisent en nous comme dans un livre ouvert, et sont capables de répondre à nos attentes ? N’est-il pas émouvant de constater avec quelle attention ils s’ingénient à nous déchiffrer … sommes nous aussi attentifs à eux ?

Joelle CAVERIVIERE
Planète Chien © 2005-2017
27/08/2005